Vie sans violence

"Ils ont crié qu'ils voulaient nous tuer et que c'était la dernière fois que nous voyions la lumière. Puis ils nous ont touchées..."

Jane (prénom modifié), réfugiée de 17 ans dans le camp de réfugiés d'Imvepi, en Ouganda.

Vie sans violence

Les violences fondées sur le genre constituent l’une des violations des droits de l’homme les plus répandues et pourtant les moins reconnues au monde. Une femme sur trois a été battue, soumise à des rapports sexuels forcée ou abusée d’une manière ou d’une autre, le plus souvent par quelqu’un qu’elle connaît, par exemple son mari ou un autre proche masculin.

Ces violences imposent aux victimes des traumatismes psychologiques et physiques à long terme, les excluent du tissu social communautaire et sont utilisées de façon terrifiante dans les situations de conflit, les femmes constituant la cible principale.

CARE s’engage à soutenir l’autonomisation des femmes et des filles pauvres dans les défis qu’elles doivent relever pour mener une vie heureuse et saine, et faire évoluer les environnements dans lesquels elles vivent, apprennent, travaillent et élèvent leurs enfants. Cela implique le dévouement de l’organisation pour travailler avec les femmes et les hommes dans tous les contextes pour faire face aux violences fondées sur le genre.

L’approche holistique de CARE en matière de violences fondées sur le genre associe la prévention à la fourniture de services complets et s’attaque aux causes profondes des différentes formes de violences et de discriminations fondées sur le genre.

Dans plus de 40 pays à travers le monde, CARE travaille sur les questions de violences fondées sur le genre, notamment en proposant aux survivantes (principalement des femmes et des filles) des services médicaux, juridiques, psychosociaux et de protection essentiels. CARE fournit également aux militants locaux assistance et soutien pour faire le lien avec les autres insititutions et ainsi assurer la prise en charge des victimes, lutter pour l’amélioration des politiques et des lois, améliorer la sensibilisation et faire évoluer les normes locales qui perpétuent les comportements violents.